OMERS : Un vote pour protéger ma pension

Le régime d’OMERS est l’un des plus importants régimes de retraite à prestations déterminées du pays. Lors de la prochaine réunion du conseil d’administration d’OMERS, des changements au régime de retraite feront l’objet d’un vote. Plusieurs de ces changements pourraient affecter négativement les bénéficiaires du régime et leurs plans de retraite. Votre soutien est nécessaire pour dire au conseil d’administration de protéger notre régime de pension.

La lettre ci-dessous, adressée au conseil, souligne les changements suivants et les raisons pour lesquelles nous nous y opposons.

- Limiter l’âge de retraite anticipée à 60 ans et plus;
- Remplacer la garantie d’indexation des prestations de retraite selon l’inflation par une « indexation conditionnelle » seulement lorsque le régime est capitalisé à plus de 105 %;
- Réduire les taux d’accumulation des prestations de retraite, ralentissant la croissance de la pension;
- Réduire le taux d’actualisation réel (utilisé pour évaluer le coût actuel des futures obligations de retraite), malgré les taux d’intérêt qui continuent d’augmenter au Canada.

Afin de protéger les travailleuses et travailleurs qui approchent de la retraite et de continuer d’assurer des prestations de retraite maximales à tous les bénéficiaires du régime, nous devons demander au conseil d’administration de voter CONTRE ces changements.

Politique de respect de la vie privée : Les coordonnées sur ce formulaire ou les commentaires que vous formulez seront privés et confidentiels, et ne seront communiqués à aucune personne ou organisation autre que les représentants de cette campagne. Si vous souhaitez apporter un appui supplémentaire, veuillez cocher les cases ci-dessous.

Courrier électronique :

À tous les dirigeants et dirigeantes de sociétés de promotion du régime d’OMERS,

Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part de mes inquiétudes concernant des détails précis des changements proposés au régime de retraite d’OMERS qui pourraient avoir un impact considérable sur mes plans de retraite. Je vous exhorte, en votre qualité de présidents, en collaboration avec tous les représentants et représentantes du conseil d’administration, de ne pas procéder à la mise en œuvre des changements proposés aux dispositions sur la retraite anticipée.

Présentement, en tant que bénéficiaire du régime d’OMERS, je peux prendre ma retraite plus tôt sans aucune réduction de ma pension mensuelle ni sanction si j’ai travaillé pendant 30 ans ou plus, ou si le « facteur 90 » s’applique à ma situation, c’est-à-dire que mon âge et mes années de service aux fins du régime totalisent 90. La règle de pension des « 30 ans de service » est un élément crucial de mon plan de retraite et m’a permis d’établir l’âge auquel il serait avantageux pour moi de prendre ma retraite.

Évidemment, la pension des « 30 ans de service » est également une pension du « facteur 90 » pour tout bénéficiaire du régime d’OMERS qui travaille pendant 35 ans s’il a commencé à l’âge de 20 ans : 20 ans + 35 ans = 55 ans + 35 ans de service = 90. Je comprends aussi qu’OMERS envisage activement d’exiger que les bénéficiaires du régime attendent jusqu’à ce qu’ils soient à moins de 5 ans de l’âge normal de la retraite de 65 ans (ou 60 ans plutôt que 55 ans) avant de faire une demande de retraite anticipée sans réduction.

Bref, malgré les décennies de service et les cotisations au régime de retraite, aucun bénéficiaire du régime ne pourrait prendre sa retraite avant d’avoir 60 ans sans réduction de sa pension mensuelle ou sanction.

À lui seul, ce changement réduit considérablement la somme mensuelle de ma pension lorsque je prendrai ma retraite ou encore il m’obligera à travailler bien au-delà de l’âge auquel j’avais prévu prendre ma retraite.

Pourquoi cette mesure est-elle nécessaire alors qu’en 2017, le ratio de capitalisation a augmenté à 94 %, marquant la cinquième année consécutive de hausse de la capitalisation pour les bénéficiaires du régime d’OMERS et d’un régime par capitalisation intégrale prévu sur une base rajustée d’ici 2025? Depuis 2015, les actifs nets du régime d’OMERS ont augmenté à 95 milliards de dollars, une hausse de 18 milliards de dollars en seulement 2 ans. En fait, le régime d’OMERS a généré un rendement net de 7,6 milliards de dollars au-delà du taux d’actualisation utilisé pour calculer la valeur actuelle des futures obligations de retraite.

Pourtant, alors que les taux d’intérêt au Canada augmentent, OMERS a décidé de réduire le taux d’actualisation réel utilisé dans le régime à 3,75 % par rapport au taux de 4,25 % utilisé en 2015. Le taux d’actualisation réel aura été réduit de 50 points de base en seulement 10 ans, engendrant une valeur actuelle par ailleurs supérieure des futures obligations de retraite.

L’âge de ma retraite a été déterminé au cours des dernières années en fonction des cotisations que j’ai versées à OMERS et des prestations que le régime a promises.

Il est injuste de modifier les dispositions sur la retraite anticipée pour les personnes qui auront atteint l’âge de 55 ans après le 1er janvier 2021 et qui ne sont plus admissibles à une pension non réduite jusqu’à que le « facteur 90 » ou la pension des « 30 ans de service » à l’âge de 60 ans s’applique à elles. Il doit y avoir une « période » d’admissibilité plus longue qui reconnaît les attentes légitimes des bénéficiaires du régime d’OMERS, et aucun bénéficiaire actuel d’OMERS ayant 10 ans ou plus de service reconnu ne devrait perdre son droit à une pension non réduite à l’âge de 55 ans si le « facteur 90 » ou la pension des « 30 ans de service » à l’âge de 60 ans s’applique à lui.

Les autres changements proposés lors de l’exercice d’examen complet du régime d’OMERS auront aussi un impact direct sur mes décisions concernant ma retraite.

Je comprends qu’OMERS envisage également de remplacer la garantie d’indexation selon l’inflation par une indexation conditionnelle au service futur, soit conditionnelle à la capitalisation du régime, ou seulement lorsque le régime d’OMERS est entièrement capitalisé à plus de 105 % ET que l’indexation offerte n’entraîne pas une capitalisation intégrale du régime inférieure à 105 %.

La valeur réelle de ma pension mensuelle ultérieure d’OMERS est essentielle à mon sentiment de sécurité et à ma capacité de maintenir mes conditions de vie à la retraite. Si l’incertitude quant au montant de ma pension mensuelle est plus grande, l’insécurité et la crainte de recevoir une pension inadéquate sont également plus grandes.

Je comprends aussi qu’OMERS propose des changements à la façon dont les taux d’accumulation des prestations de retraite sont calculés afin d’intégrer les récentes améliorations au Régime de pensions du Canada. Les changements au Régime de pensions du Canada incluent une nouvelle définition du « maximum supplémentaire des gains annuels ouvrant droit à pension » (MSGAP) qui sera de 107 % du maximum des gains annuels ouvrant droit à pension (MGADP) en 2024 et de 114 % du MGADP par la suite. Actuellement, mes prestations de retraite sont calculées en multipliant mes années de service par le taux d’accumulation de 1,325 % des revenus jusqu’au MGADP actuel de 55 900 $ et par 2,0 % au-delà de ce montant.

Ce changement proposé au régime d’OMERS fera en sorte qu’une autre tranche de 14 % de mes revenus sera calculée selon le taux d’accumulation inférieur, offrant une accumulation des prestations inférieure et ultérieurement une pension mensuelle inférieure. Bon nombre de mes collègues dont les revenus avoisinent le MGADP de 55 900 $ en 2018 pourraient observer une réduction de 6,0 % de leur pension du régime d’OMERS en raison de ce seul changement.

En tant que bénéficiaire du régime d’OMERS, j’ai accepté pendant des années de gagner un revenu plus modeste que les autres membres de ma communauté parce que j’appréciais de pouvoir verser une partie de mon salaire dans un régime de retraite en sachant qu’une pension à prestations déterminées décente et sûre serait essentielle à mon plan de retraite.

Les changements proposés touchant ma capacité d’obtenir une pension de retraite anticipée non réduite et toute tentative connexe pour réduire les prestations actuelles du régime d’OMERS mettent en péril mon plan de retraite. Ce n’est ni juste ni équitable. Je demande à tous les membres du conseil de promotion d’OMERS de faire ce qui est juste en votant CONTRE ces changements proposés au régime de retraite. Je vous demande, en tant que présidents, de vous assurer que cette lettre est partagée avec tous les membres du conseil d’administration.


Le message sera envoyé par courriel à :
  • Paul Harrietha
  • OMERS Staff