Congés d’urgence personnelle pour les travailleuses et travailleurs de l’automobile

Les travailleuses et travailleurs de l’automobile en Ontario ont été injustement écartés avec une exemption de la Loi sur les normes d’emploi qui prévoit un congé d’urgence personnelle inférieur à ce qui est accordé aux autres travailleuses et travailleurs. Dites au gouvernement de l’Ontario de corriger la situation maintenant! Signez la pétition ici.

Politique de respect de la vie privée : Les coordonnées sur ce formulaire ou les commentaires que vous formulez seront privés et confidentiels, et ne seront communiqués à aucune personne ou organisation autre que les représentants de cette campagne. Si vous souhaitez apporter un appui supplémentaire, veuillez cocher les cases ci-dessous.

Courrier électronique :

À la Première ministre Kathleen Wynne et au ministre du Travail Kevin Flynn
 
Les travailleuses et travailleurs de l’automobile en Ontario méritent la même protection en vertu de la Loi sur les normes d’emploi de l’Ontario que les autres travailleuses et travailleurs! 
 
L’exemption prévoyant un congé d’urgence personnelle inférieur est une mesure injuste qui touche plus de 150 000 travailleuses et travailleurs en vertu de cette législation.
 
La Loi sur l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois, adoptée le mois dernier, accorde aux travailleuses et travailleurs 10 jours de congés d’urgence personnelle, y compris deux jours payés pour maladie, blessures, deuil ou d’autres urgences. Toutefois, la nouvelle exemption ajoutée au règlement 502/06, en vigueur le 1er janvier 2018, signifie que les travailleuses et travailleurs de l’automobile auraient seulement droit à sept jours de congé pour maladie personnelle ou d’un membre de la famille ou urgences, et trois jours de congé pour chaque deuil admissible, dont aucun ne serait payé.

Cette exemption découle des pressions exercées par des entreprises rentables qui ne veulent tout simplement pas offrir à leurs travailleuses et travailleurs deux jours de congé d’urgence payés.
 
Les travailleuses et travailleurs de tout le secteur sont punis au nom de la cupidité, et ceux moins bien payés qui travaillent aux usines de pièces automobiles et dans des lieux de travail non syndiqués sont les plus durement frappés.
 
Dans un règlement distinct, il a aussi été décrété que les travailleuses et travailleurs de l’automobile n’auront pas les mêmes protections relatives aux horaires que les autres travailleuses et travailleurs, peu importe que leur convention collective ou contrat de travail ait des dispositions à ce sujet.
 
En tant que résident(e) et électeur(rice), je crois en l’équité pour tous les travailleurs et travailleuses. Je me joins en Unifor pour demander que le gouvernement prenne des mesures immédiates afin d'annuler ces changements règlementaires inéquitables et injustifiés.


Le message sera envoyé par courriel à :
  • Kathleen Wynne Premier
  • Kevin Flynn Minister of Labour